T’as fait une erreur ! C’est génial !!

Posted in Parents

t'as fait une erreur

Putain, je suis trop con

Meeerdeeeee, fais chier, quelle gourde…

Qui d’entre nous ne s’est jamais écrié ces phrases de défoulement et énervement en faisant une erreur ?

Qui n’a jamais eu peur de se tromper au travail ? Cette idée terrifie beaucoup d’entre nous. Et penser qu’une éventuelle erreur soit vue par nos collègues et chefs nous effraie peut-être plus encore. C’est également très gênant de commettre une erreur devant nos amis, notre conjoint, nos enfants, nos beaux-parents, nos propres parents…

Dans notre société, le fait de commettre une erreur dégrade notre valeur personnelle. L’erreur prouverait en quelque sorte que l’on est moins intelligent… voire nul !

 

Je me trompe donc je suis nul

Pour accompagner le sentiment de gêne, on a souvent une réaction immédiate d’auto-flagellation et on débite les “Je suis confus, Je suis désolé” et d’autres Pardons en profusion. Puis, sans même se rendre compte, on se donne une tape sur la tête, on la secoue en faisant une grimace, on rougit… la liste est longue.

Pourquoi tant d’auto-punitions ? Puisque nous avons appris depuis notre plus tendre enfance, au moins dès l’école, que les erreurs apportent de gros traits rouge dans nos cahiers, des points en moins, des reproches, humiliations et parfois même des punitions. On apprend tôt que l’erreur est une Faute. Au moins, c’était comme ça pour moi.

Puis il y a le vocabulaire. Je trouve l’expression “commettre une erreur” très dure. On commet plutôt des crimes et non des erreurs n’est-ce pas ? Mais notre subconscient, lui il entend “commettre”, et le poids de ce mot est ainsi ancré en nous.

Mais comment as-tu pu commettre une erreur pareille ?

Oh la laaaa, quelle grossière erreur 

Attention, ne te trompe pas !

Oh la bourde !

Qui n’a pas grandis avec ces phrases-là?

Nous avons vite appris qu’il faut à tout prix éviter les erreurs et lorsqu’une se glisse dans notre vie, on pestifère en s’auto-clamant l’idiot du village, avant que quelqu’un d’autre ne le fasse. Nous nous donnons de multiples noms d’oiseaux pour essayer de minimiser ou cacher la gêne.

 

Bah, tout le monde râle comme ça

Nous ne naissons pas avec cette gêne face aux erreurs. Notre société et la pression de notre éducation a engendré cette attitude. Attitude que l’on transmet de génération en génération.

Comment on se parle, notre choix de vocabulaire, n’est pas anodin. Loin de là. Il est très important d’arrêter de se traiter de bête et stupide lorsqu’on se trompe ou fait une erreur.

Est-ce que nous permettons que notre entourage, professionnel et privé, nous traite de la sorte? Pas vraiment. Or, le fait de mal se traiter soi-même ouvre la porte aux autres de faire pareil. Ceci est particulièrement vrai pour les enfants.

Qu’est-ce qu’il en conclu, notre enfant, lorsqu’il nous entend nous dire ces mots-là ? Des mots qu’il n’a pas droit d’utiliser en parlant de ou à ses frères et sœurs ou à ses amis. Comment peut-il comprendre la différence entre comment nous exprimons notre gêne de nous montrer faillibles et le fait de traiter son petit frère d’idiot ?

Il est également important pour soi de veiller au vocabulaire que nous utilisons avec nous-mêmes. Ce n’est vraiment pas se respecter que se dire “Je suis stupide”. Ce n’est pas aider notre estime en soi. D’autant plus que commettre une erreur est une excellente chose dont on devrait se féliciter !

 

Bienvenue aux erreurs !!

Se tromper est une bonne chose. Très bonne même car c’est une opportunité de progresser dans la vie. C’est une opportunité de rebondir. Quand on se trompe on apprend et on crée de nouvelles connexions neuronales. On s’entraine à penser différemment.

Avoir le droit de se tromper et ne plus craindre l’erreur permet de vivre avec moins de pressions, moins de stress et avoir une meilleure estime de soi. Cela donne une plus grande ouverture d’esprit car on ose prendre des initiatives, faire des choses que l’on maitrise mal ou pas du tout. S’autoriser à se tromper libère et booste notre créativité.

Si commettre une erreur ne nous tétanise plus, nous avons la liberté et la possibilité de remettre en cause ce que nous venons de faire. C’est à dire réfléchir et chercher à améliorer, être créatif. Si au contraire l’erreur est interdite et engenre la honte et la gêne, les seuls effets vont être la sensation de culpabilité, encore plus de stress et une baisse d’estime de soi. Et on passe à côté d’une belle opportunité d’évolution personnelle.

Apprendre que nous avons droit de nous tromper, que cela est non seulement bénéfique mais essentiel à notre évolution fait partie intégrante du coaching en management d’entreprise.1

 

Chef d’entreprise familiale

Et nous sommes tous des managers ! Ou, tous ! Chef de notre entreprise Ma Famille. Il est important pour nous parents d’intégrer le droit à l’erreur dans notre vie. Ce n’est pas un concept à la mode pratiquée par de grandes coachs connus ou inventée par des chercheurs internationaux mais bel et bien une réalité fondamentale de la construction de notre mental et notre bien-être.

En tant que parent il est primordial de montrer à nos enfants qu’il nous arrive de nous tromper, tout simplement. Il nous arrive souvent de faire des erreurs, et ce n’est pas grave !

Tout comme il est important d’oser leur dire quand on ne sait pas quelque chose. Ne pas hésiter à chercher l’information, avec eux, au lieu de croire qu’il faut avoir réponse à tout. C’est important à chaque âge, même avec les tout petits. Imaginez-vous grandir avec l’idée que mon parent sait absolument tout. L’enfant en grandissant se demande comment il va pouvoir être à la hauteur aux yeux de ses parents. Et bien, de la même manière, montrer à nos enfants qu’il est humain et tout à fait acceptable de se tromper et de commettre des erreurs est un beau cadeau de vie que nous pouvons leur donner au quotidien. Tout comme à nous-mêmes !

 

Un système qui ne valorise que la réussite peut bloquer l’apprentissage par essais et erreurs

Professeur Jean-Claude Croizet2  

 

Dites-moi, quelles sont les erreurs qui vous ont le plus fait rire ?

A nous les belles gaffes et les fous rires 😉

Lena

1  J’ai vu une vidéo très intéressante de Kathryn Schulz A propos de nos erreurs (TED Talk sous-titrée en français).  Elle développe ce thème et parle, entre autre, du concept du cécité d’erreur, c’est-à-dire toujours croire que nous avons raison. Elle nous démontre que nous ne pouvons pas faire confiance à notre impression d’avoir raison car cette impression est parfois une erreur ! Elle parle également de la culpabilité liée à la croyance que réussir est de ne jamais faire d’erreur.

2  Improving Working Memory Efficiency by Reframing Metacognitive Interpretation of Task Difficulty, Jean-Claude Croizet PhD et Frédérique Autin PhD, membres du CeRCA, laboratoire de psychologie cognitive, publication dans Journal of Experimental Psychology

Image : ClkerFreeVectorImages

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *